Einheitsfront

Dimanche 14 novembre 2010

Autre titre : le front des travailleurs.

Paroles : Bertold Brecht
Musique : Hans Eisler

Historique

Fait partie de la première brochure (chant n°34). A été chanté en 2007 lors du spectacle sur 1936 puis à Iéna en 2009. La chorale l’utilise régulièrement comme final en concert.

Textes

Version allemande Version française
Und weil der Mensch ein Mensch ist,
Drum braucht er was zum Essen, bitte sehr !
Es macht ihn ein Geschwätz nicht satt,
Das schafft kein Essen her.
L’homme veut manger du pain, oui,
Il veut pouvoir manger tous les jours.
Du pain et pas de mots ronflants.
Du pain et pas de discours.
REFRAIN :
Drum links, zwei, drei (bis)
Wo dein Platz, Genosse, ist
Reih’ dich ein in die Arbeiter-Einheitsfront,
Weil du auch ein Arbeiter bist !
REFRAIN :
Marchons au pas (bis)
Camarades, vers notre front,
Range-toi dans le front de tous les ouvriers
Avec tous tes frères étrangers.
Und weil der Mensch ein Mensch ist,
Drum braucht er noch Kleider und Schuh !
Es macht ihn ein Geschwätz nicht warm
Und auch kein Trommeln dazu.
L’homme veut avoir des bottes, oui,
Il veut avoir bien chaud tous les jours.
Des bottes et pas de boniments,
Des bottes et pas de discours.
Und weil der Mensch ein Mensch ist,
Drum hat er Stiefel ins Gesicht nicht gern.
Er will unter sich keinen Sklaven sehn
Und über sich keinen Herrn.
L’homme veut avoir des frères, oui,
Il ne veut pas de matraques ni de prisons.
Il veut des hommes, pas des parias,
Des frères et pas des patrons.
Und weil der Mensch ein Mensch ist,
Drum wird ihn kein anderer befrein,
Es kann die Befreiung der Arbeiter nur
Das Werk der Arbeiter sein.
Tu es un ouvrier, oui,
Viens avec nous, ami, n’aie pas peur,
Nous allons vers la grande union
De tous les vrais travailleurs.

traduction : et parce que l’homme est un homme, il lui faut quelque chose à manger s’il vous plait
Il ne sera pas rassasié par un discours qui ne donne rien à manger
Donc gauche deux trois là où est ta place camarade
range toi dans le front uni des travailleurs parce que tu es aussi un travailleur

et parce que l’homme est un homme, il lui faut aussi des habits et des chaussures
ce n’est pas un bavardage qui lui tient chaud, ni un roulement de tambour

et parce que l’homme est un homme, il n’aime pas les coups de bottes dans la figure
il ne veut pas d’esclaves à ses ordres, ni de maître qui le commande

et parce que l’homme est un homme, personne d’autre ne le délivrera
la libération des travailleurs ne peut être obtenue que par les travailleurs

Pour la prononciation, attention au coup de glotte (noté ici par une apostrophe) dans “weil der Mensch ‘ein Mensch ‘ist”, “reih dich ‘ein ‘in die ‘Arbeiter ‘Einheitsfront” ; surtout ne pas prononcer "Menschein" comme si c’était un seul mot.

Texte lu

Répondre à cet article

3 Messages

  • Einheitsfront 1er juillet 2013 10:48

    Bonjour, j’ai eu le grand plaisir de vous entendre aux Voix sur Berges hier. Nous tous (la chorale qui vous a suivi) avons trouvé votre performance formidable. Puisque je suis en train de decouvrir votre site, je me permet le pedantisme de corriger le texte du "Einheitsfront" : le dernier couplet commence avec "Und weil der Prolet ein Prolet ist", au lieu de "Und weil der Mensch ein Mensch ist"... salutations rouges de Belleville, et bonne continuation !

    repondre message

    • Einheitsfront 17 octobre 2013 20:30, par Marie H

      Admettons ; mais du coup ça fait un pied de trop, pour marcher au pas c’est pas commode...

      repondre message

      • Einheitsfront 18 octobre 2013 06:41, par Denis

        Oh un message !!! C’est tellement rare qu’au début, je n’y ai pas cru ;-)

        repondre message


Documents joints


MP3, 2.1 Mo