Allemand

Lundi 25 octobre 2010

guten Morgen, guten Tag, guten Abend, hallo bonjour (matin), bonjour, bonsoir, salut
wie heißt du (heißen Sie) ? comment tu t’appelles (vous appelez-vous) ?
ich heiße … je m’appelle ...
woher kommst du ? d’où est-ce que tu es ? de quel pays viens-tu ?
ich bin Franzose (-zösin), Deutscher (-sche) je suis français(e), allemand(e)
hast du Kinder ? Ja, ich habe zwei Kinder tu as des enfants ? oui j’ai deux enfants
wie alt bist du (sind Sie) ? quel âge as-tu (avez-vous) ?
bist du (sind Sie) verheiratet ? tu es (vous êtes) marié(e) ?
wohnst du bei deinen Eltern ? tu habites chez tes parents ?
wer ist diese große schlanke Blondine (Brunette) ? qui est cette grande blonde (brune) mince ?
sie ist meine Schwester (Frau Mutter Tochter) c’est ma sœur (femme, fille, mère)
wer ist der kleine dicke Miese ? Er ist mein Chef qui est ce petit gros désagréable ? c’est mon chef
mein Bruder, (Mann, Vater, Nachbar, Sohn) mon frère (mari, père, voisin, fils)
wie heißt dieser Junge (dieses Mädchen) ? comment s’appelle ce garçon (cette fille) ?
er (sie) heißt … ich weiß nicht, keine Ahnung il (elle) s’appelle ... je ne sais pas ; aucune idée
Entschuldigung, wo ist die Toilette ? excusez-moi, où est (sont) les toilettes ?
wer sind Sie ? Wer bist du ? qui êtes vous ? qui es tu ?
wie geht es dir ? Wie geht es Ihnen ? comment vas-tu ? comment allez-vous ?
gut danke, und dir (Ihnen) ? sehr schlecht bien, merci, et toi (vous) ? très mal
was gibt’s neues ? ich lerne deutsch ; ist ja super ! quoi de neuf ? j’apprends l’allemand ; c’est super !
ich möchte deutsch lernen je voudrais apprendre l’allemand
ich rede nicht gut deutsch je (ne) parle (pas) bien l’allemand
sprechen Sie (sprichst du) deutsch ? vous parlez (tu parles) allemand ?
nein, überhaupt nicht ; ja, etwas ; ziemlich gut non, pas du tout ; oui, un peu ; pas mal
klar, es ist meine Muttersprache bien sûr, c’est ma langue maternelle
willst du (wollen Sie) mit uns essen ? tu veux (vous voulez) manger avec nous ?
sehr gerne ; nein ; warum ? weil … très volontiers ; non ; pourquoi ? parce que…
magst du deutsche Küche ? ich glaube ja tu aimes la cuisine allemande ? je pense que oui
was trinkst du (trinken Sie) ? qu’est-ce que tu bois (vous buvez) ?
ich möchte Bier, Wein, Schnaps je voudrais de la bière, du vin, de l’eau de vie
ich habe (wir haben) Hunger ; ich auch j’ai (nous avons) faim ; moi aussi
ich habe keinen großen Hunger je n’ai pas très faim
was essen wir ? es schmeckt sehr gut ; guten Appetit ! qu’est-ce qu’on mange ? c’est très bon ; bon appétit !
wie sagt man... auf deutsch ? comment dit-on... en allemand ?
reiche(n Sie) mir bitte das Brot, den Wein passe(z) moi le pain, le vin, st(v)p
das Bier, das Salz, den Zucker la bière, le sel, le sucre
einen Augenblick ; hier bitte une minute ; voilà (lorsqu’on tend qqch)
kommst du mit ins Kino ? tu viens avec moi au cinéma ?
es kommt darauf an ; nein, es ist nicht möglich ça dépend ; non, ce n’est pas possible
es tut mir leid ; auf Wiedersehen je suis désolé(e) ; au revoir
ich bin müde, ich gehe schlafen, gute Nacht je suis fatigué(e), je vais me coucher, bonne nuit
ich mag dich sehr ; ich denke oft an dich je t’aime beaucoup ; je pense souvent à toi
wie schön du bist ! wann sehen wir uns wieder ? comme tu es beau (belle) !quand-est-ce qu’on se revoit ?
ich liebe dich ; gib mir einen Kuss je t’aime ; embrasse-moi

Prononciation et orthographe

u [u] comme ou dans ours ; ü comme u dans humain ; ä comme è dans après ; ö comme œufs ; ei [ay] comme dans aïe ; eu äu [oy] comme oy dans l’espagnol soy

après a o u, ch se prononce un peu comme la jota espagnole ; ailleurs, c’est une chuintante mouillée

sch (et s devant t et p au début des radicaux) se prononce comme le ch dans le français "chat"

s est sonore [z] devant une voyelle (et donc souvent au début des mots, ce qui n’est pas le cas en français : sein [zaïn]) ; ß remplace ss après voyelle longue ou diphtongue ; z = [ts] ; j comme y dans Yougoslavie

g est toujours dur ; sauf dans certains mots empruntés au français : Journalist, Garage ; mais les chermanophones ne savent pas douchours prononcer le [j] français !

Les mots et radicaux commençants par une voyelle sont précédés d’un coup de glotte qui donne à la phrase allemande (et à l’accent allemand en français) un aspect haché très caractéristique (mais ce phonème a tendance à apparaître en néofrançais alors qu’il n’existe pas en français standard) ; Pour vous entraîner, essayez d’imiter un Allemand qui dit “je suis venu en RER”.

Les voyelles brèves sont suivies d’une consonne double, les longues sont doublées ou suivies d’un h (d’un e pour le i) ; o bref comme dans porte, o long comme dans mot ; e long [é], e bref [è] ; dans les finales atones, e se prononce comme le e faussement dit muet (comme eu dans peur) ; après une voyelle, le r est “vocalisé”, il ressemble un peu à un a.

Accent tonique : les radicaux germaniques sont en général monosyllabiques ou à deuxième syllabe atone en e ; ils se combinent entre eux et c’est le premier qui est accentué : Herzschlag (battement de cœur) Steinzeit (âge de pierre) ; sauf avec les particules inséparables (be emp ent er ge miss ver zer) et dans les emprunts au français : Ersatz, Gesicht (visage) ; Natur, nervös, reagieren.

Il y a aussi un accent de phrase qui porte sur l’élément essentiel ou que l’on veut souligner, qui peut être par exemple la particule : mach die Tür bitte auf !

L’ordre des mots est très strict en allemand.

Quand la phrase commence par un complément ou un adverbe, celui-ci est suivi du verbe, puis du sujet, puis du reste de la phrase : heute esse ich mit euch aujourd’hui je mange avec vous. La forme interrogative est : verbe/sujet/reste de la phrase : esse ich heute mit euch ? est-ce que je mange avec vous aujourd’hui ?.

Dans les formes avec auxiliaire, l’infinitif ou le participe passé sont en fin de phrase : heute kann ich mit euch essen aujourd’hui je peux manger avec vous ; ich habe gestern mit euch gegessen hier j’ai mangé avec vous
Dans la subordonnée, le verbe non conjugué est rejeté en fin de phrase :
wollt ihr, dass ich mit euch esse ? vous voulez que je mange avec vous ?

Conjugaison

lachen rire werden devenir haben avoir sein être
singulier pluriel singulier pluriel singulier pluriel singulier pluriel
ich lache wir lachen ich werde wir werden ich habe wir haben ich bin wir sind
du lachst ihr lacht du wirst ihr werdet du hast ihr habt du bist ihr seid
er, es, sie lacht sie lachen er wird sie werden er hat sie haben er ist sie sind

la forme de politesse est identique à la 3e personne du pluriel, mais le pronom prend une majuscule

futur : werden + infinitif ich werde morgen nicht kommen je ne viendrai pas demain

mais on emploie souvent le présent : ich komme morgen nicht je ne viens pas demain

Le passé composé est formé avec le présent de l’auxiliaire haben (ou sein pour les verbes de changement de lieu ou d’état) et le participe passé formé avec le préfixe ge- et la désinence -(e)t

lachen (rire) > gelacht ; kaufen (acheter) > gekauft ; öffnen (ouvrir) > geöffnet

ich habe viel gelacht, sie hat die Tür geöffnet j’ai beaucoup ri, elle a ouvert la porte

De nombreux participes passés sont irréguliers avec changement de voyelle et désinence en –(e)n

warum bist du gestern nicht gekommen ? pourquoi est-ce que tu n’es pas venu(e) hier ?

La forme simple du passé (prétérit) est littéraire, sauf pour les auxilaires. Il n’existe pas de forme du passé équivalente à l’imparfait. Le sens d’action habituelle dans le passé est rendu en partie par l’opposition entre « wenn » quand, toutes les fois que, et « als » quand, au moment où ; l’opposition entre événement instantané et un contexte peut être parfois rendu par des particules.

Les verbes s’associent à des particules qui en modifient le sens : machen faire, aufmachen ouvrir, zumachen fermer ; elles portent l’accent tonique et se placent en fin de phrase au présent :

ich mache die Tür nicht auf je n’ouvre pas la porte ;

mais elles se placent avant le participe ou l’infinitif au passé et au futur :

ich habe die Tür aufgemacht j’ai ouvert la porte, ich werde die Tür aufmachen, j’ouvrirai la porte ;

sauf avec les particules inséparables (be emp ent er ge miss ver zer) :
ich verkaufe meinen Wagen je vends ma voiture, ich habe meinen Wagen verkauft j’ai vendu ma voiture

Déclinaisons

Il y a 3 genres : masculin, neutre, féminin ; seul le masculin singulier distingue le nominatif (sujet) de l’accusatif (objet). La marque est essentiellement portée par l’article (ou démonstratif ou possessif), ou par l’adjectif épithète lorsque l’article ne « parle » pas, auquel cas l’épithète porte la désinence « passe-partout » –en (–e pour le nominatif/accusatif neutre et féminin) :

nominatif : der kleine Mann, mein kleiner Mann ; das große Haus, ein großes Haus ; die schöne Sekretärin, deine schöne Sekretärin
le petit homme, mon petit mari ; la grande maison, une grande maison ; la jolie secrétaire, ta jolie secrétaire

accusatif : magst du diesen kleinen Mann ? dieses große Haus ? ich mag seine neue Frau nicht
tu aimes bien ce petit homme ? cette grande maison ? Je n’aime pas sa nouvelle femme

La marque caractéristique du datif (complément indirect, ou après les prépositions aus bei mit nach seit von zu) est -em au masculin et neutre singulier, -er au féminin, -en au pluriel :
ich komme mit dem kleinen Franzosen, mit einer blonden Polin, mit meinen neuen deutschen Freunden
je viens avec le petit Français, avec une Polonaise blonde, avec mes nouveaux amis allemands

Nombres

1 à 12 : eins zwei drei vier fünf sechs sieben acht neun zehn elf zwölf ; 13 à 19 : dreizehn vierzehn fünfzehn sechzehn siebzehn achtzehn neunzehn ; 20 zwanzig 21 einundzwanzig 22 zweiundzwanzig… 30 dreißig 40 vierzig 50 fünfzig 60 sechzig 70 siebzig 80 achtzig 90 neunzig 100 hundert… 600 sechshundert 700 siebenhundert 1000 tausend ; 555 fünfhundertfünfundfünfzig

info portfolio

Répondre à cet article